Frédéric Tremoulet est diplomé de la promotion WIBS 1994. "A WIBS, il y avait une bonne mentalité générale. Les professeurs, des professionnels en activité, connaissaient leur métier, nous le faisant partager au travers de cas pratiques."

 

Comment as-tu découvert WELLER ?

WIBS remonte déjà à 25 ans ! J’ai découvert WIBS dans un journal ou lors d’un salon de l’étudiant, je ne me souviens plus très bien ! J’aimais l’idée de faire une école de commerce et un ami du lycée m’en avait fait une belle publicité : il me le recommandait car on faisait selon lui souvent la fête, et que les jolies filles y étaient plus nombreuses que dans les facultés de sciences ! (Rires)

Je n'avais pas envie de faire beaucoup d’études. Après mon bac scientifique durement obtenu, envisager un bac +2 était suffisant pour moi. Une fois réussis différents concours d’écoles de commerces, j’ai choisi WIBS du fait de la pédagogie en petits groupes et pour l'ouverture internationale de l’école.

L’été après mon bac, j’ai travaillé à Marineland Antibes. L’argent gagné m’a permis de payer mon premier semestre ! Cela m’a d’autant plus motivé pour travailler…tout en faisant quand même un peu la fête (rire). J’ai pris rapidement goût aux études et à l’indépendance. J’ai bien réussi : du fait de cette dynamique, je caracolais parmi les meilleurs élèves de ma promo.

 

Quels sont tes meilleurs souvenirs chez WIBS ?

J’ai fait 3 ans à Nice et un an à Lyon. A WIBS, il y avait une bonne mentalité générale. Les professeurs, des professionnels en activité, connaissaient leur métier, nous le faisant partager au travers de cas pratiques.

En première année, j’ai fait mon premier stage chez un ami qui importait des objets publicitaires. La deuxième année aux Etats-Unis a été l’occasion du premier grand voyage de ma vie, séjour partagé entre études et stage. J’ai intégré le plus important distributeur de chaussures (Timberland, Clark, …) de la baie de San Francisco, situé sur Fisherman’s Wharf. J’étais en charge de gérer les stocks avec une équipe multinationale et pluriculturelle (français, anglais, espagnols, …). La vie était vraiment très sympa.
La troisième année, c’était l’Espagne. Un petit peu moins glamour pour moi pour des raisons personnelles mais très agréable également. Je me suis retrouvé major de promo inter-école à Barcelone, puis je suis revenu faire mon stage en France !

J’ai choisi Lyon pour la quatrième année et réalisé mon stage de dernière année chez Opiocolor, un des leaders français des mosaïques de piscine sur mesure, qui avait fait le fond de la piscine de Johnny !

 

Belle période de voyages et de découvertes !

Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai fait mon Service Militaire dans le Var. A l’issue, j’ai intégré la boite de mon ami; j’ai choisi en quelque sorte la facilité et le plaisir de travailler entre amis…l’esprit Start-Up avant l’heure. J'y suis rentré en 1995 en tant que commercial et j’en suis sorti en 2001 comme responsable achats et logistique ! En effet, je suis plus gestionnaire que vendeur et cela correspondait à mon caractère. La boite a fermé le 11 septembre 2001, date facile à mémoriser. Je fus licencié à ce moment-là et j’en ai donc profité pour faire de la réserve militaire, partir en mission en France et à l’étranger.

Fin 2002, j’ai retrouvé un poste dans une plus grosse structure qui faisait des distributeurs automatiques pour les vidéo-club. Engagé comme responsable contrôle qualité, mon poste s'est très vite élargi à des missions transverses en qualité, achats, logistique et mise en place d’un logiciel de gestion. Je n’y suis resté qu’un an et demi. L’activité n’étant plus assez bonne avec le développement d’internet, la distribution de DVD fonctionnant de moins en moins bien. 

De nouveau sans emploi salarié, j’en ai profité pour repartir en mission pour le Ministère des Armées ! Puis j’ai suivi une formation en alternance pendant un an (spécialisation en qualité sécurité environnement).

Début 2007, j’ai trouvé un poste de responsable logistique chez un importateur de produits festifs fluorescents chez qui j’ai travaillé pendant 7 ans.

Puis de fin 2015 à fin 2017, c’est reparti pour deux ans non salarié, à enchainer des missions pour l’armée au sein de la Garde Nationale (*) et puis pour tester le travail en indépendant. Je me suis essayé en tant que chargé de recrutement en portage salarial pendant quelques mois mais ça n’a pas particulièrement fonctionné. Le coté indépendant, seul chez soi et loin des équipes ne me correspondait pas. J’ai donc choisi de revenir vers un travail salarié en entreprise.

Je me suis remis en recherche d’emplois et j’ai retrouvé le poste ou je suis actuellement. Je suis responsable achats et approvisionnement chez Peradotto Publicité (**). Mon travail consiste, entre autres, à acheter des matières et supports rigides ou souples pour imprimer des panneaux, des bâches, des roll-up pour nos clients, en plus de missions transverses en QSE ou pour la mise en place d’un progiciel. Nous avons des clients partout en France, fournissant panneaux grands formats ou de la signalétique.

 

Que voudrais-tu faire partager aux anciens et aux étudiants WIBS actuels ?

WIBS m’a apporté un état d’esprit d’adaptabilité, qui  correspond au travail en petites structures et me permet de jongler entre vie active et implication au profit de mon pays. Faire beaucoup avec peu, c’est le principe des PME. J’ai toujours préféré cela à être un numéro dans une grande entité. Cela peut paraître paradoxal du fait mon engagement dans la réserve militaire, mais j’ai toujours fait en sorte d’occuper des postes à responsabilités transverses dans l’armée comme dans le civil. Ces deux dimensions sont complémentaires dans mon quotidien et j’y trouve mon équilibre, sans oublier la vie de famille.

 

Merci Frédéric pour ta participation ! A bientôt !

(*) Site garde national : www.gouvernement.fr/garde-nationale

(**) Site civil : www.peradotto.fr